AUDIO. Mauritanie, le Péril nègre

La présence de Macky Sall en Mauritanie, hier, dans le cadre du projet de la Grande Muraille verte, témoigne de bons rapports entre les deux États. Liés par de fortes traditions spirituelles, sénégalais et mauritaniens se côtoient dans bon nombre de foyers religieux. Les uns et les autres ont leur guide spirituel dans les des deux pays. 

 

Pourtant les questions de l’esclavagisme, le système Beydhane, les victimes des troubles qu’a connu le pays, sont-elles abordées, ou volontairement ignorées?

 

Un pays multi-éthnique, revendication d’une identité Arabe?

Aux lendemains des évènements de 1989, beaucoup de citoyens négro mauritaniens se sont retrouvés déportés au Sénégal, au mali, ou dans les pays limitrophes. Beaucoup de ceux-ci se sont retrouvés dans des familles déchirées. un exil forcé, crimes, exactions de toutes sortes. Le traumatisme à jamais gravé dans les esprits. Comme si ça ne suffisait pas, certains deviennent apatrides, car dans l’impossibilité de prouver leur nationalité Mauritanienne! Et pourtant, malgré une population à caractère multi-ethnique, la Mauritanie est elle prise pour Arabe! Pour rappel, la Mauritanie est composée de Soninké, de Ouolof, de Haal pulaar en plus des Maures blancs (dits Beydhanes) et de Maures noirs (dits Harâtins). Quelle est le groupe majoritaire? Le recensement pose problème!

 

L’Interview

Nous avons rencontré
Cheikh Sow et Ibrahima Welé de la section européenne du mouvement les Forces de libération Africaine de Mauritanie (les Flam). Dans cet entretien ils reviennent sur ces questions qui hantent la Mauritanie contemporaine. Une société pacifiée, un défi résolument Mauritanien?

 

Ecouter

http://www.senenews.com/2015/07/28/mauritanie-le-peril-negre_135704.html/

 

Source: senenews.

Flam.

Suivre les Flam sur

Adherer