28 novembre Inal : Quand un état "islamique"empêche les veuves et orphelins de pleurer et prier leurs morts

Plusieurs entités de la société civile mauritanienne, dont COVIRE, FONADH, TPMN, Kawtal Yelitaare, ont commémoré, le massacre d'Inal, en présence de rescapés, veuves et orphelins, samedi 28 novembre 2015, près du lycée de Sebkha. Des veuves témoignent, durant ce moment qui aurait dû être de recueillement, de prières, et que la police est venue perturbée.

Enrôlement, pourquoi on arrête et on emprisonne que des Négro-africains ?

Dans la vallée, du fleuve Sénégal de Rosso en passant par Tékane, Ganni, Darel Barka, Boghé, Bababé, Aéré M’Bar, M’Bagne, Kaédi, Lixeîba, M’Bout, Djéwol, Maghama, Sélibaby, Khabou pour ne citer que cela, il ne se passe pas un jour sans qu’un Négro-africain ne soit interpellé par la police ou la gendarmerie et déferré devant le parquet et puis envoyé en prison.

Qui fut Ly Djibril Hamet par Ibrahima WELE

"La Mauritanie est un pays où des hommes, des femmes et des enfants sont soumis au travail forcé et au trafic sexuel", selon le Rapport 2015 du Département d’État Américain sur le Trafic des Personnes, consulté par Alakhbar.

"Témoignages inédits sur la Mauritanie d'avant l'indépendance", Ibrahima Abou SALL (Novembre, décembre 1995)

Colloque sur la Mauritanie (organisé par l'Association des Amis de la Mauritanie)  à l'Université de Nice-Sophia Antipolis. Parc Valrose les 3 et 4 novembre 1995.  (Actes publiés par L'Institut des Relations Inter universitaires -IRIM. Université de Nice-Sophia Antipolis. 1996).(Débats faisant suite aux interventions de MM. MESSMER[1], LE BORGNE[2], CHEVANCE[3] et GASTON[4]: Un mois après le colloque, sur la demande de M. François BESLAY, le Secrétaire de l'Association des Amis de la Mauritanie,...

La première traite des Noirs VIIe - XVIe siècle  contre Tombouctou  (1050-1080) et (1590-1600) par Jacques Heers

L'an 682, une expédition partie de Marrakech atteignait, au-delà de la région du Sous, les territoires des tribus berbères du Sahara occidental : « Ils attaquèrent les Massufa el, leur ayant fait quantité de prisonniers, ils retournèrent sur leurs pas . »

Idrissa BA:"Je suis extrêmement choqué par les images publiées ces derniers jours montrant Oumar O/ Boubakar posant fièrement devant les tombes de nos martyrs de Oualata"

A l'occasion du 27ème anniversaire de la mort en détention de nos à martyrs à Oualata, flam-mauritanie.org reçoit Idrissa BA dit Pathé, membre et cofondateur des Forces de libération africaines de Mauritanie (FLAM) et rescapé de la prison mouroir de Oualata.

Dans une interview exclusive qu'il a bien voulu nous accorder, Monsieur Idriss Ba revient entre autres sur les campagnes d'arrestations de septembre 1986, les conditions de détentions et les drames qu'il a connus comme tous ses camarades civils et militaires, envoyés à la prison mouroir de Oualata en décembre 1987.

Christiane Taubira: "Le système esclavagiste est à l'origine du racisme actuel"

Alors que le Mémorial Acte (Macte) ouvre ses portes au public en Guadeloupe, ce mardi, Christine Taubira explique à L'Express les raisons qui l'ont poussée à écrire L'Esclavage racontée à ma fille.

Le rôle de la femme mauritanienne dans le combat de libération nationale par Habsa Banor Sall membre du Conseil national des FLAM (10 mars 2012)

Je commencerai cette intervention par un hommage à mes compagnes de lutte qui nous ont quittées pendant ma période d’exil et à qui je dédie cette journée :

- la 1ère épouse de Teen Youssouf Gueye, la vieille Mariata N’Diaye qui malgré son âge n’a jamais manqué à un seul rassemblement pour faire valoir nos droits auprès des autorités ;

- sa seconde épouse Nenné KAMARA a été déportée pendant les événements de 1989, même elle qui avait perdu son mari en 1988 n’avait pas été épargnée par les sbires du régime. Elle est morte en exil.

- Faama DIOP, l’épouse de Abdoulaye SAAR, suite à une longue maladie dont j’ai appris la mort en exil,

- Faati DEM qui nous a quittées suite à une maladie qui aurait pu être diagnostiquée plus tôt, si sa préoccupation première n’était pas le bien-être de son mari incarcéré, Djibril Hamet LIH.

Maghama : La famille Mangane réclame justice

Quatre ans après l'assassinat de Lamine Mangane, tombé à Maghama sous les balles de la gendarmerie du système beydane, sa famille réclame toujours justice. "Nous ne pardonnerons jamais"(vidéo).

(source: al akhbar.info)
 

Parfum d'apartheid en Mauritanie

Après quelques années d’accalmie, un recensement est en train de réveiller les démons du passé en Mauritanie, un pays où la minorité constituée de maures blancs a la haute main sur la gestion des affaires publiques. Ils sont accusés de dérouler un agenda caché à travers le comptage de la population du pays : exclure le maximum de noirs pour asseoir la domination des maures blancs.

Mauritanie : encore un mort à la prison de Walata

Le samedi 28 septembre 1988, Tafsirou DJIGO, ingénieur agronome, ancien Ministre de la Santé, membre cofondateur des Flam décède à la prison mouroir de Oualata suite aux conditions alimentaires défectueuses, aux tortures physiques et psychologiques, aux travaux forcés et aux mauvaises conditions d'hygiène (dysenterie, scorbut, gale, béribéri). Comme ses camarades Alassane Oumar Ba, Tene Youssouf Gueye, Abdoul Qudus Ba, Tafsirou Djigo est mort sans aucune assistance des geôliers du système beydane envoyés en grand nombre à Oualata pour exterminer les cadres, intellectuels et militaires noirs mauritaniens de la mouvance nationaliste qui luttent contre l'hégémonie beydane et le racisme en Mauritanie.

Délits de faciès en Mauritanie

Depuis le début de l'année, les contrôles d'identité s'intensifient. Parfois brutaux, ils ciblent particulièrement les Ouest-Africains.

En Afrique aussi, il arrive que la traque aux sans-papiers verse dans l’excès. Depuis le début de l’année, les autorités mauritaniennes ont intensifié les rafles et les opérations de reconduite à la frontière des ressortissants étrangers qui ne disposent pas d’une carte de séjour en bonne et due forme. Avec en ligne de mire les ressortissants subsahariens.

Penda Sarr de Ŋawle, une femme hors du commun!

La Commémoration  de 08 mars nous donne une occasion de glorifier toutes ces vaillantes femmes qui œuvrent inlassablement pour le développement économique, politique, culturel et social de nos pays et  participent ainsi à la bonne marche de nos sociétés.
 Ces femmes qui jouent un rôle prépondérant dans toutes les sociétés humaines et qui en constituent les gardiennes sûres  et intergénérationnelles  du substrat culturel et traditionnel de chaque communauté.

Mauritanie: l’arrestation de Biram est arbitraire (Ambassadeurs européens)

L’arrestation du militant antiesclavagiste mauritanien, Biram Dah Abeid, "n’est pas fondée d'un point de vue juridique", ont estimé les ambassadeurs de France, Allemagne, Espagne, Grande-Bretagne et de l'Union européenne en Mauritanie, selon des sources d’Alakhbar.

Témoignage d'un ancien prisonnier politique de l’Ecole de police, des geôles de Nouakchott, de Waalata et d'Ayoun el Atrousspar Ibrahima Abou SALL (1ere partie)

Montpellier, le 25 juin 1994

Conférence nationale de la Section française

d’Amnesty International. Montpellier

Témoignage d'un ancien prisonnier politique

de l’Ecole de police, des geôles de Nouakchott, de Waalata et d'Ayoun el Atrouss en Mauritanie.

(4 Septembre 1986- 14 septembre 1990)

 

"Les lieutenants Dahi Wul MOHAMED et Ghaly Wul SOUVY, l'adjudant Wul BOWBALI tous de la Garde nationale répétaient souvent que nous n'avions droit à rien sauf aux tortures et à la mort."

Témoignage d'un ancien prisonnier politique de l’Ecole de police, des geôles de Nouakchott, de Waalata et d'Ayoun el Atrousspar Ibrahima Abou SALL (suite et fin)

« (…) On vous a fait venir ici pour vous tuer. Vous ne retournerez jamais auprès de vos familles. Nous vous tuerons tous à petit feu, et nous ferons des rapports dans lesquels nous dirons que vous êtes morts de paludisme. C’est fini pour vous. C’est ma mission. Ordre du patron (…)».

 

Les Flam à la fête de l’humanité 2015.

Les Forces de libération africaines de Mauritanie( Flam), section Europe de l’Ouest  sont heureuses de vous inviter à la conférence qu'animeront le dimanche13 septembre 2015 de 16 heures 30 à 17 heures 45 nos camarades Hapsa Bannor SALL, membre du bureau national des Flam et Cheikh Oumar BA, secrétaire général de la section Europe des Flam sur le thème " Mauritanie : la longue lutte contre le système beydane ".

Steve Biko (18 décembre 1946 -12 septembre 1977)

Steve Bantu Biko naît le 18 décembre 1946, à King Williams Town en Afrique du Sud. Décédé alors qu'il avait à peine 30 ans, Steve Biko reste un symbole et un martyr de la lutte anti-apartheid.

Le système beydane, un apartheid mauritanien.

Les camarades Cheikh Sow et Ibrahima Welé de la section européenne des Forces de libération Africaines de Mauritanie (Flam) reviennent sur les questions qui hantent la Mauritanie contemporaine, dans un entretien accordé à senenews, le 17 mai 2015.

Source: senenews.com

Esclavage en Mauritanie : les chaînes de la honte

Une nouvelle loi durcit la répression de l'esclavage. Mais les autorités semblent toujours peu enclines à éradiquer cette pratique répandue. Et préfèrent souvent l'ignorer. « En Mauritanie, ce sont les abolitionnistes qui sont en prison, pas les esclavagistes ! »

Travail forcé et trafic sexuel: un rapport américain accable la Mauritanie

"La Mauritanie est un pays où des hommes, des femmes et des enfants sont soumis au travail forcé et au trafic sexuel", selon le Rapport 2015 du Département d’État Américain sur le Trafic des Personnes, consulté par Alakhbar.

Le 4 septembre 1986 : arrestations de cadres et intellectuels noirs mauritaniens

Le 4 septembre 1986 a débuté une série d'arrestations d'intellectuels et de cadres noirs mauritaniens qui avaient publié en juin de la même année un document intitulé «Le Manifeste du Négro mauritanien opprimé. De la guerre civile à la lutte de libération nationale».

Tène Youssouf Gueye, le martyr de la plume.

On dit souvent que Socrate est le premier martyr de la pensée. Quoi qu’il en soit, depuis le maitre de la maïeutique, nous savons que les savants et les tyrans ne font pas bon ménage. Socrate a bu la cigüe parce qu’il ne croyait aux dieux multiples, les livres d’Ibn Ruchd ont connu l’autodafé, il finit par l’exil.

 

RELLA ou Les voies de l'honneur de Tene Youssouf Gueye

En Afrique, les mariages sont toujours prétextes à de grandes concentrations humaines accompagnées de festivités d’une ampleur incontrôlable. En maints cas, ils atteignent une dimension rituelle. Mais, alors, le rite se confond avec le folklore. Et le folklore, qui est la partie visible de l’iceberg, est devenu pâture de roman.

Flam.

Suivre les Flam sur

Adherer