Les Guinéens de Mauritanie adressent une lettre ouverte au president Alpha Condé

Il y a de cela 6 mois lors de la rencontre entre les chefs d’états de OMVS en Guinée, nous avons appris la suppression du visa entre les 2 pays, tous les Guinéens vivant en Mauritanie ont accueilli ces nouvelles avec beaucoup de joie et de plaisir, mais jusqu’à présent ce règlement n’a pas été appliqué et les Guinéens continuent de souffrir, nous sommes exposés à toute injustice dans ce pays, il y a plein de Guinéens dans les prisons Mauritaniennes qui sont enfermés sans défense certaine, sont accusés à tord et à raison, et il y n’a ni l’Ambassade ni un Consulat qui s’occupent des problèmes des milliers de Guinéens dans ce pays aujourd’hui.

Les Guinéens sont confrontés à d’énormes problèmes en Mauritanie. Nous lançons un appel au Président de la République de penser à la vie de ses compatriotes dans ce pays ami à la Guinée. Des Guinéens sont expulsés de la manière barbare aux différentes frontières avec le Sénégal, parfois vers le Mali cela depuis 2012.

Rien n’a été fait par le Gouvernement guinéen pour trouver une solution aux souffrances de ses ressortissants vivant en Mauritanie. Nombreux sont ces Guinéens arrêtés à leur lieu de travail, domicile, dans les restaurants, et même dans les marchés. Les Guinéennes qui cherchent de quoi vivre, sont arrêtées et conduites la frontière.

D’autres guinéens ont vécu plus de 30 ans dans ce pays, leurs enfants sont nés et ont grandi en Mauritanie mais faute de moyens, ils ne peuvent pas rapatrier leurs enfants en Guinée. Ces derniers ne peuvent malheureusement pas faire les examens scolaires. On est obligé de prendre une carte de séjour qui coûte environ 100 euros.

Nous, Guinéens vivant en Mauritanie, demandons au Président de la République le Professeur Alpha Condé et à son Gouvernement de trouver une solution à nos problèmes dans ce pays ami à la Guinée. À défaut de nous aider, qu’ils exigent aux Mauritaniens vivant en Guinée Conakry les mêmes conditions de séjour comme l’ont fait le Sénégal, la Côte d’Ivoire et le Mali.

 

Source: cridem.org

 

 

Flam.

Suivre les Flam sur

Adherer