Marche de protestation à Boghé contre les blocages de l’enrôlement

Plus de 200 personnes ont battu le macadam ce matin entre le centre d’enrôlement et la préfecture pour crier leur ras le bol face au blocage dans la délivrance des documents d’état civil.

Les marcheurs, des commerçants pour la plupart, des adultes, des femmes et des jeunes ne supportent plus la gestion du centre d’enrôlement par l’actuel chef d’agence accusé de bloquer délibérément le fonctionnement du centre qui tourne au ralenti depuis 6 mois.

Les manifestants ont scandé des slogans hostiles au chef de centre ainsi que son patron M’Rabih, accusé de racisme, de particularisme et de népotisme, bref de tous les noms. A chaque fois, le chef du centre trouve un alibi pour ne pas travailler (débit de connexion faible, absence d’électricité, absence de stylo biométrique, de petites remarques sur les documents établis par la Cadi entre autres).

Sans avoir le moindre souci pour les citoyens qui se déplacent de contrées lointaines comme Darel Barka, Dar El Avia, Ould Birome, Diattar pour s’enrôler. Les manifestants ont été rejoints par quelques individus au fur et à mesure de l’évolution de la marche. Arrivés à la préfecture, ils n’ont trouvé le premier patron ni son adjoint. Cependant, le secrétaire général de la préfecture, M’Bodj Oumar joint au téléphone a rappliqué immédiatement pour rencontrer les manifestants et écouter le porte parole des marcheurs, Amadou Tidjane Lom.

Ce dernier a délivré au nom de la foule, un message mettant en garde les autorités contre la poursuite des ces actions et leur amplification si ce problème ne trouve pas une solution rapide. Dans son message, il a fustigé même le président Mohamed O Abdel Aziz qu’il accuse d’être le principal responsable de cette grave situation qui porte préjudice aux citoyens Mauritaniens de façon générale et ceux de Boghé en particulier.

Le secrétaire général a remercié les manifestants d’avoir marché dans le calme et affirmé que les autorités ont commencé à apporter des solutions par l’installation d’une ligne électrique aérienne destinée à régler l’alimentation énergétique du centre, ce qui constitue pour lui un premier pas. Il a demandé aux manifestants de désigner des représentants pour rencontrer le Hakem à son retour d’Aleg et promis de transmettre le message au préfet dès son retour. (Affaire à suivre).

 

Source : boolumbal.org

 

Flam.

Suivre les Flam sur

Adherer