Non au 28 novembre à KAÉDI par Hawa TALL

Nous sommes un certain 28 novembre, les nôtres, nos pères nos frères, nos oncles, beau-frères, nos cousins, furent pendus pour célébrer la fête de l’indépendance.

 

Qu’importe la date le jour l’heure, c'est le monde qu’ils ont pendu, notre monde, notre espace temps, notre connu, notre univers, nos espoirs ont été assassinés dans une prison sordide. Aujourd’hui encore les auteurs de ces meurtres sont libres et occupent des postes dans le gouvernement Mauritanien sans que cela indigne personne! Ils poussent le bouchon si loin que nos pères sont obligés de se prostituer pour forcer des populations encore meurtris par plus 30 d’humiliations, et de stress à danser sur les cadavres de leurs enfants pour distraire ces même gens.

Ils célèbrent leur victoire sur nous, et nous, nous regardons ailleurs. Les bourreaux d’hier, les tueurs iront se pavaner devant nos mères veuves dans les maisons vides de nos pères. Et nous nous les enfants de pendus, enfants de déportés, d’exilés nous regardons le foot. Nous sommes tristes parce que lItalie n’ira pas en coupe du monde?

 

Moi j’ai une plus triste nouvelle pour nous! Nous sommes indignes de nos pères, nous sommes indignes de leurs souffrances, de leurs sacrifices, de leurs humiliations. C'est donc tout? Nous méritons d’être qu’un peuple battus et dominés par des gens de rien?

 

Sachez-le notre destinée c'est le combat, ou la mort, on mourra à nous même, à Dieu et à nos vies, à nos NOMS qui sont autant de fierté pour nous, et à l’histoire. Nous n’avons pas le droit de trahir nos pères, justice doit être rendu à nos pendus, à nos déportés, aux exilés, à nos mères humiliées, aux orphelins expropriés de leurs héritages Indignons-nous. Ne laissons personnes nous détourner de nous mêmes, de ce qui fait de nous des êtres humains.

 

Un proverbe peulh dit « koural ngal woratama, tedin reduma djaba » acceptons que notre destin en tant que peuple opprimé c'est la lutte, et que rien n’est plus important que cela. Je ne me rendais pas compte, moi aussi que je regardais ailleurs pensant que ceux qui en parlent depuis plus de 30 ans sont suffisants. Mais c'est notre combat à tous.

Dédiez-vos indignations, vos colères, vos espoirs à ce qui en vaut la peine, ça redonnera un sens à nos vies. Dédiez-vos indignations à ce qui est juste, à ce qui atténue la souffrance des vôtres, et dans le monde. Armez vous de votre courageuse indignation et allez à conquêtes de vos vies!
 

 

Hawa TALL

 

Source: Kassataya.com

 

Flam.

Suivre les Flam sur

Adherer