Tout ça pour ça : quel contorsionnisme !!!!!

Pourquoi changer un nom auquel on ne peut renoncer ? Nos anciens camarades ne peuvent s’empêcher de faire appel à l’acronyme FLAM  auxquels ils ont volontairement renoncé pour être dans le politiquement correct et être acceptés par le régime pour une reconnaissance officielle après laquelle ils courent toujours.

 

Pas un jour où ils ne nous abreuvent de l’expression « FPC ex FLAM » qu’ils distillent dans la presse et dans leurs écrits. Un journaliste expatrié, nouveau militant certainement de ce parti, en a même fait sa marque de fabrique.

 

Après l’agression de notre compatriote Yéro Abdoulaye Sow dit Gaynako Sow sur la route de Boghé, Kaaw Touré ne peut s’empêcher d’écrire sur sa page face book « …accusé d’avoir des accointances avec les FLAM (entendez les FPC) et IRA. …. ».

 

Alors chers ex-camarades cela valait-il la peine de changer un nom auquel on vous rattache toujours et auquel vous-mêmes vous  n’arrivez pas à vous détacher.

 

L’unité de nos forces sur le terrain (telle que préconisée par notre dernier congrès en commun en 2011) ne devait -elle pas être notre priorité pour mettre fin à cette oppression qui ne fait que se renforcer tous les jours au lieu de faire un forcing pour changer de nom et faire voler en éclat notre unité.

 

Il est vrai que sans ce rattachement, sans ce retour au cordon ombilical, on ne saurait qui vous êtes.

 

Il n’est vraiment pas facile de renoncer à ce symbole au nom duquel sont morts nos martyrs : Djigo Tapsirou, Bâ Abdoul Ghoudous, Touré Zakaria et tant d’autres.

 

Continuez donc à faire vivre le flambeau des FLAM, un nom qui ne s’éteindra jamais

 

La lutte continue

 

Oumar Abdoul LY

 

 

 

Flam.

Suivre les Flam sur

Adherer