Projet d’identification des tombes : Sorimalé n’oublie pas  

La décision du gouvernement mauritanien de procéder à la localiser des tombes des personnes disparus dans des conditions ambigües depuis 1960 suscitent souvenir et espoir chez les parents des victimes d’exécutions sommaires dans les années 1989. A l’époque, dans la localité de Sorimalé (commune de Niabina) la presse et les ONG de droits de l’Homme avaient révélé l’existence d’une fosse commune. Les habitants de Sorimalé, se souviennent toujours des victimes…


Le village est en bordure du fleuve Sénégal à quelques 15 Km de Niabina. Il a été rendu célèbre par les atrocités qui y ont été commises entre 1989 et 1991 et dénoncées par la presse indépendante et les organisations internationales des droits de l’Homme dont principalement « Agir Ensemble ». Dans la fosse commune à l’origine du scandale étaient enterrés Mamadou Thiawgou, Thierno Moctar et Samba Diouldé et à côté d’eux dans une autre tombe, Abou Ly fils de Mamadou Thiawgou, rappelle Ali Maya un ancien militaire et aussi un ancien garde que nous avons rencontré à son domicile à Sorimalé.

 

Tout tremblotant, il explique que sa maladie fait suite aux tortures que lui ont fait subir les gendarmes après la mort d’un commerçant du village tué par des inconnus. Idem, ajoute t-il, pour Hamath Atoumani torturé également à mort pour les mêmes faits avant de succomber de ses supplices corporels. La liste des atrocités est longue selon Ali Maya qui cite quelques victimes, notamment : Ibrahima Samba Anne, conducteur de blindé tué et enterré à Inal en 1990, le militaire Abou Alassane Gaye à NBeïka, Amadou Diouldé Thiongane tué par des gardes dans la périphérie du village de Sorimalé puis enterré à côté d’un vieux four abandonné avant d’être déplacé à un endroit inconnu.

 

Il évoque aussi le crime commis à l’endroit d’un malade mental du village de Sorimalé, Abou Guèye tué froidement par des gardes qui l’avaient croisé. Son corps repose depuis lors au cimetière du village. « Ici, de 1989 jus qu’en 91, les forces de sécurité avait la gâchette facile tirant sur des individus comme s’ils chassaient du gibier en plein village sous l’œil d’une population terrorisée » explique t-il quelques larmes aux yeux.

Sorimalé souffre toujours…


Sorimalé est un village meurtri par ces atrocités d’un tout autre âge. Ses habitants souffrent dans le silence de l’enclavement, du manque d’infirmier pour le poste de santé, puisque tous les professionnels de santé qui y sont affectés finissent par déserter les lieux pour des endroits plus cléments. Il faut dire que la vie dans le village est dure. Bien qu’au bord du fleuve, l’approvisionnement en eau est une véritable corvée pour ses habitants. Les foyers s’approvisionnent dans un puits du village et puiser pour ses femmes n’est pas chose aisée.

 

Le marché est peu fourni et quand il l’est cela vient du côté sénégalais. Il n’y a pas d’électricité sauf quelques éclairages solaires. Le transport pour se déplacer à l’intérieur de la commune est difficile. Peu de véhicules circulent dans la zone obligeant les habitants à recourir régulièrement aux charrettes. L’Etat mauritanien y est quasi absent. En période d’hivernage le village est coupé de la commune de Niabina disons de tout le département à cause des eaux.


Pour l’histoire, les habitants de la commune de Niabina se souviennent des douloureux évènements de 1989 qui ont conduit à des déportations massives de citoyens Mauritaniens et des exécutions sommaires dans plusieurs localités de la commune jusqu’ici non élucidées. Si certaines tombes sont connues d’autres ne le sont pas et les familles endeuillées crient leurs douleurs. Mme Rougui Kowri Sy (Photo) n’arrive pas à oublier le décès de son mari à Nouadhibou en 1990, feu Adama Ibra NDongo électricien à la SNIM. Elle raconte : « Il a été arrêté une première fois avec d’autres avant d’être relâché. Quelques temps après, il est arrêté une seconde fois avant que je n’apprenne son décès en captivité trois jours plus tard. Pourquoi est-il mort subitement alors qu’il ne souffrait de rien ? Je ne sais pas jusqu’ici où il a été enterré ». Selon elle, Adama Ibra NDongo avait trois femmes et 10 enfants.

 


Abdoulaye Idi Ly (Photo), agriculteur de son état à Niabina, raconte pour sa part que son grand frère Demba Idi Ly et sa sœur Coumba Idi Ly ont été exécutés en 1989 froidement par des forces de sécurité mauritanienne à la berge du fleuve à « dirol » situé à l’est du village de Dawalel non loin de MBagne. (NDLR) : Dirol est une plaine définie comme une zone d’épandage du Sénégal. Selon lui au moment des faits il était en Libye où il gagnait son pain. « J’ai été informé du drame par lettre avant que je ne décide de rentrer précipitamment au pays ».

 

A en croire Abdoulaye Idi Ly, le drame s’est passé au bord du fleuve au moment où ils voulaient traverser le fleuve tôt le matin à cet endroit-là. « L’histoire est connue de tout Niabina et personne ne sait avec précision où ils ont été enterrés sauf que c’est dans la zone de dirol. Il est possible que les corps soient finalement emportés par les eaux du fleuve sous la pression des forts courants. Jusqu’ici le deuil n’a pas été fait. Parce que à l’époque l’Etat ne communiquait pas et il était interdit de se regrouper même pour des condoléances ».

Reportage Moussa Diop

Source: Quotidien Nouakchott

 

Lundi 13 Juin 2011

 

 

boolumbal.org

 

 

 

Flam.

Suivre les Flam sur

Adherer