Journée - anniversaire des Flam à Orléans: Pari tenu !

La section Europe de l’Ouest des Forces de libération africaines de Mauritanie (Flam) a organisé son 34° anniversaire, placé sous la cohabitation et à l’honneur de la jeunesse, ce 1er avril 2017 à Orléans.  Le choix de cette ville répond à une volonté stratégique de la section de délocaliser et de diversifier ses activités partout où se trouvent ses militants et sympathisants.

Ce fut une rencontre d’échanges très riche compte tenu de la qualité des débats et de la mobilisation des militants et des sympathisants.

 

 

La première intervention intitulé «les flam: ses réalités contre les mensonges » du camarade Ibrahima Abou SALL a permis à toute l’assistance de comprendre les moyens colossaux déployés par les autorités mauritaniennes pour, non seulement décrédibiliser le mouvement, mais le détruite complètement.

 

Depuis la publication du «Manifeste du négro-mauritanien opprimé » et les arrestations arbitraires des membres des Flam, en 1986, un travail de sape relié par une manipulation du dit manifeste et des rumeurs malveillantes toujours véhiculées par l’Etat (reprises par certains partis politiques et des personnalités à la solde du système beydane), ont tenu à ternir l'image des Flam. Malgré toute cette campagne d'intoxication, les flam ont tenu bon par la force de la conviction de ses membres et de ses sympathisants. C’est grâce, en partie, au caractère scientifique du «Manifeste du négro-mauritanien opprimé », socle du mouvement, que le système beydane, malgré ses moyens et ses alliés, n’a pu venir à bout en 34 ans de ce mouvement qui ne vit et ne fonctionne que par lui-même.

Monsieur Bâ Ghassoum sidiki, sur la base de l’exposé du camarade Ibrahima Sall et de tous les événements qui ont opposé les différentes composantes ethniques, le caractère partial de l’Etat et la configuration socio-politique de la Mauritanie, a exposé d’une manière claire et très lisible, les différents types de projets de société envisageables. De son analyse, il se dégage un seul projet de société viable : La Mauritanie comme un état fédéral.

 

Monsieur Fall Amadou, porte-parole d’Adecimao, dans une troisième intervention, a soulevé les problèmes des terres de Walo dans les différentes réformes agraires.  Il a commencé par présenter le contexte général qui a conduit à la promulgation de l’ordonnance 83.127 de juin 1983. Ensuite, il a rappelé les procédures légales (bafouées) d’attribution des concessions rurales provisoires telles que définies par les dispositions de l’ordonnance. Pour finir, il a dénoncé le comportement déviationniste et irresponsable de certains préfets : comportements injustes qui conduiront à la spoliation des terres et à des conséquences néfastes sur les populations négro-africaines :

 

- conséquences économiques et sociales : pertes de patrimoine, sentiment de rejet des populations envers les autorités, des conflits en perspectives, risque de transformation des populations locales en ouvriers ou pires, en serfs des temps modernes.

- conséquence écologiques : dégradation du milieu par les nouveaux qui ne se soucieront que de la rentabilité au détriment de l’environnement, risque de mutation de l’habitat de la vallée, des villages risquent d’être cernés et asphyxiés de plus en plus par de grands projets agricoles.

La quatrième intervention a porté sur le recensement en cours en Mauritanie.  Les intervenants (Cheikh SOW et Ousmane DIA) ont démontré que cet enrôlement, tel qu’il se déroule, s’inscrit dans la volonté politique continue du système beydane de « dénigrifier » la Mauritanie. Ils ont montré que le refus de l’Etat d’enrôler les négro-africains, du fait de la couleur de leur peau, a des conséquences graves aussi bien sur la vie des émigrés qui sont en train de perdre tout leur droit à commencer par le travail que sur les Noirs à l’intérieur du pays qui sont dans une situation d’apatridie qui les empêche de prétendre à certains droits ou d’accéder à certains avantages.

 

Les débats, vers 22h, ont laissé place à une soirée artistique animée par le talentueux Ben Ball, venu directement de l’Autriche apporter sa pierre à l’édifice, qu’il en soit ici remercié.

 

La lutte continue

Paris le 9 avril 2017

Département communication Flam-Europe de l'Ouest

 

 

 

Flam.

Suivre les Flam sur

Adherer