33ème anniversaire des flam : le discours du camarade Cheikh Oumar BA, Secrétaire général des Flam, Section - Europe de l'Ouest

Chers invités,

Chers compatriotes,

Mes chers Camarades Flamistes,

 

Nous fêtons le 33ème anniversaire de notre Organisation, les FLAM (Les Forces de Libération Africaines de Mauritanie). La première organisation qui a osé dénoncer et défier le Système Beïdane, un système inique et unique, un système qui n’arrive pas à séparer l’arabité et l’Etat, un système basé sur le racisme et l’esclavage. Un système qui depuis l’indépendance de notre pays essaye d’arabiser les Bamana, les Fulve, les Sooninko et les Wolof, avec comme but ultime “  hartaniser  ” les Africains noirs de ce pays.

 

Le sud du pays où vivent ces populations est occupé par l’administration blanche dont la communauté ne dépasse pas 18% de la population. Les gouverneurs, les préfets, les gardes, les militaires, les gendarmes et les policiers, sont tous des arabo-berbères.

Au Sud on impose l’arabe, celui qui n’en veut pas doit quitter le pays.

 

C’est ce même système qui en 1989, a déporté 200  000 individus, tous noirs, vers le Mali et vers le Sénégal, et certains y vivent encore.

C’est ce système qui entre 1989 et 1990 a assassiné 515 militaires, et en a radié plus de 1500, tous noirs, pour dénégrifier son armée.

C’est ce système qui, le 28 novembre 1990, pour fêter “  exceptionnellement  ” l’indépendance de la Mauritanie a pendu 28 militaires noirs.

C’est encore ce système qui a exécuté BA Seydou, SY Seydou et SARR Amadou pour avoir pensé faire un coup d’Etat, avant d’envoyer dans la prison mouroir de WALATA leurs compagnons militaires et civils qui avaient été condamnés à de lourdes peines  : DJIGO Tafsirou, BA Alassane Oumar, BA Abdoul Khoudouss et TENE Youssouf GUEYE y perdirent leurs vies dans des conditions de détention inhumaines.

On ne peut pas compter les personnes qui sont mortes dans les prisons en Mauritanie (INAL, JREIDA, ALEG…,)dont le seul crime a été d’être noirs.

 

La dernière invention du système beïdane est l’enrôlement qui consiste à “  recenser  ” les Mauritaniens sans prendre en compte les NOIRS MAURITANIENS pour qui il avait pris le soin de déchirer leurs papiers d’état civil avant de les déporter, ainsi que ceux qui ont été poussés à prendre le chemin de l’exil forcé et qui sont éparpillés dans le monde entier.

 

Le pire aujourd’hui est la situation des déportés qui, sous la pression exercée par la Mauritanie sur les organisations internationales qui les prenaient en charge, sont rentrés en Mauritanie et se retrouvent réfugiés dans leur propre pays sans papiers d’identité, donc dans l’impossibilité de récupérer leurs maisons, leurs champs à plus forte raison de réintégrer leurs postes de travail qu’ils occupaient avant leur déportation.

 

En ce moment, le pouvoir Beïdane essaye de monter nos frères Haratines contre nous pour rééditer les massacres de 1989, en leur donnant nos terres ancestrales quand il ne les distribue pas aux agro-business Arabes.

 

Ce sont nous les Flamistes qui sommes les premiers à payer un tribut lourd pour avoir osé dire non à l’injustice.

Nous sommes les premiers à vivre l’exil pour lutter contre ce système afin d’instaurer la justice, la liberté et l’égalité pour l’ensemble des Mauritaniens.

C’est grâce à notre détermination que le monde entier a su ce qui se passe dans ce pays qui, se dit islamique, un pays qui fabrique son propre Coran et sa propre Charia pour pouvoir dominer.

 

Camarades, c’est vous qui contribuez financièrement.

C’est vous qui sacrifiez vos week-end pour des réunions et pour des manifestations.

C’est vous qui maintenez cette flamme et refusez qu’elle soit éteinte.

C’est vous qui encaissez des critiques qui viennent de partout.

Nombreux parmi nous ont fait une parenthèse de leur jeunesse pour cette lutte.

Que ça pleuve ou ça neige, vous êtes toujours debout, bien sûr avec le soutien de nos partenaires, sympathisants et autres Nous les remercions tous.

 

Je profite de cette occasion pour saluer les retours de nos camarades, retour que notre Président Mamadou Sidy BA a salué dans son discours à la veille de notre 33ème anniversaire. Camarades, vous êtes les bienvenus dans la maison mère.

 

Merci à nos frères africains et européens qui, sont ici parmi nous pour soutenir notre lutte pour la dignité humaine.

Aujourd’hui, nous pouvons dire que les FLAM se portent bien, elles continueront de combattre jusqu’à la destruction totale de ce système.

 

Nos pensées vont à nos compatriotes d’IRA; Biram DAH ABEID et Brahim BILAL RAMDHAN ABEIDI injustement emprisonnés, également à notre compatriote Djiby SOW, en liberté provisoire en soins en France.

 

Camarades, je vous dis joyeux anniversaire et que la lutte continue jusqu’à la victoire.

 

Montreuil le 30 avril 2016

 

Cheikh Oumar BA,

Secrétaire général des FLAM - Europe.

 

 

 

 

Flam.

Suivre les Flam sur

Adherer