Les Flam présentes à la rencontre sur « le rôle des femmes dans le processus démocratique en Afrique »

 

Le samedi 22 août 2015 s'est tenue à Paris, à la Salle Félix ÉBOUÉ du Ministère des Outres mer, une rencontre à l'initiative du Collectif Équité sur « le rôle des femmes dans le processus démocratique en Afrique »
Les F.l.a.m ont été représentées par une forte délégation conduite par son secrétaire général Cheikh Oumar Bâ.  Cette réunion s’inscrit dans le cadre de la préparation de la conférence sur le thème « Pour une alternance démocratique non violente et un développement durable en Afrique » prévue en septembre 2015.

 

Les intervenantes  et les témoins ont analysé les différents conflits qui ont secoué les pays d’Afrique en insistant sur les violences faites aux femmes dans ces conflits politiques.  C’est dans ce cadre que La camarade Aminata Ousmane NIANG fera une intervention remarquée sur la grande solitude des femmes noires mauritaniennes pendant et après les évènements sénégalo-mauritaniens (1989-1991).  En effet, dans son désir effréné d’arabiser la Mauritanie en la dénégrifiant,  le système beydane raciste et esclavagiste mauritanien a déporté plus de 200.000 noirs mauritaniens vers le Sénégal et le Mali. Madame Bâ montrera, par une analyse objective que les femmes sont les premières victimes de ces déplacements.

 

 Une survie presque impossible pour nombre d'entre elles. Aminata Ousmane fera remarquer que la grande difficulté des Noirs en Mauritanie en général, et des Noirs mauritaniens est l'absence de statut.   Si le Système Beydane reconnait hypocritement l'existence de l'esclavage ou de ses résiliences, les Noirs mauritaniens : Wolof, Soninko, Haalpularen et Bammana, eux, sont niés dans leur existence.  Elle terminera son propos par cet appel à l'adresse du Collectif Equité ; "Aidez-nous d'abord à exister d’abord avant de pouvoir jouer un rôle dans le processus démocratique en Mauritanie".  Les autres interventions, non moins importantes,  portaient sur :

« La situation et le rôle politique des femmes dans la gouvernance électorale ».

« Comment prévenir les violences faites aux femmes lors des conflits politiques ».

« Quelles initiatives et propositions pour renforcer la contribution des femmes ».

 

En marge de cette rencontre, Les Flam avaient tenu une table de presse où on pouvait trouver des ouvrages de référence sur le Génocide du Système Beydane contre les Noirs mauritaniens (« J'étais à Oualata » de Boye Alassane Harouna et « L'enfer d'Inal » de Sy Mohamadou Saïdou),  les listes des tortionnaires toujours en activité en Mauritanie et de leurs victimes négro-mauritaniennes.

Département Communication des Flam
Section Europe de l’ouest.

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 

 

 

 

 

Flam.

Suivre les Flam sur

Adherer